Actualité

un printemps irlandais à la pêche

Le réchauffement climatique affecterait-il aussi l’île d’Irlande? 

Pour la troisième année consécutive, le printemps y est de plus en plus sec après un hiver doux où les jours les plus froids arrivent en Mars. Sitôt l’hiver passé, les pluies se font très rares et très rapidement les rivières baissent au point de manquer d’eau dès la mi-Mai. Bien sûr, la pêche s’en ressent et se traduit par une irrégularité des journées de pêche. La fraie des brochets est perturbée et on ne peut plus prévoir sa venue, celle-ci dépendant considérablement des températures d’eau qui varient de plus en plus vite. On trouve les premiers brochets à frayer fin Mars et les derniers mi-Mai. 

Cette année 2019, l’eau étant restée peu froide en Janvier, les brochets restaient encore très actifs pour se calmer en février et mars. Avril, généralement très bon, a vu des résultats moyens. Mai commençait bien et les fortes chaleurs, les vents de nord et est et le soleil omniprésent ont considérablement gâché la pêche. Les malheureuses truites n’ont plus que des filets d’eau pour les maintenir et seules les petites répondent encore aux appels du pêcheur. Où sont passées les autres? Sans doute ont-elles fui vers les lacs lorsqu’il y en a un de connecté à la rivière ou bien, calées sous les berges et les souches ne se nourrissent-elles qu’à la nuit et au petit matin. 

Les conséquences directes de la baisse de niveau sont aussi un réchauffement très important et une croissance accrue de la végétation aquatique qui profite de plus de lumière et de calories indispensables à sa croissance. Ajoutons à cela une eutrophisation chaque année plus importante et les rivières sont rapidement impêchables par endroits.

Enfin, maintenant arrivés à fin Mai, une petite pluie fine vient-elle abaisser la température et donne un regain d’activité à
nos eaux.

Optimiste, j’espère toujours la bonne pluie qui durera deux jours et viendra enfin apporter un peu d’oxygène aux poissons et l’espoir au pêcheur.

Bilan de la saison de pêche 2017 à Irlande Pêche Tourisme

Fidèle à elle-même, l’Irlande nous a encore réservé l’année passée bien des moments forts mais parfois certaines déceptions à des moments où l’on ne s’y attendait pas.

Pour la pêche au brochet, le début de saison fut très prometteur avec de belles pêches en Janvier et surtout en Avril où nous battions notre record avec 55 brochets en une journée à 4 pêcheurs. La fraie passa la-dessus et Mai ne restera pas dans les annales ainsi que le tout début Juin. A la faveur du mauvais temps revenu subitement, la pêche reprit instantanément avec de très beaux poissons dont plusieurs mètrés. Nos nouveaux spots du lac Derg et lac Ree ont tenu leurs promesses comme excellents coins pour les pêche de fin de printemps et été au dessus des herbiers. La fin de saison s’avéra difficile car de grosses pluies se sont abattues sur notre région, faisant monter et salissant les eaux souvent, ce que n’aiment pas beaucoup les brochets. La saison s’est conclue à 733 brochets, avec une moyenne de 6,2 brochets par sortie et comme chaque année une moyenne de 1,5% des poissons atteignant ou dépassant le mètre dont le plus gros de 1,12m pour 27 livres.

Pour les truites, pas de surprise, toujours aussi bon en Avril/Mai avec là encore la découverte de quelques nouveaux coins très riches et pour ainsi dire jamais pêchés. Globalement, la saison peut être qualifiée d’excellente avec 1973 truites capturées (et relâchées) et une très bonne moyenne de 27 poissons par sortie (sorties allant de 1h à une journée). Certes, quand les poissons sont nombreux, la taille moyenne est plus petite mais la pêche procure toujours autant de plaisir et cela montre la très bonne densité des rivières environnantes, recelant tout de même de très beaux poissons dans certains endroits que je divulgue exclusivement à nos hôtes. Je précise que ces rivières ne font l’objet d’aucun lâcher et qu’il ne s’agit que de poissons sauvages qui bien sûr se méritent.

Je souhaite à tous les pêcheurs et leurs proches une excellente année 2018, riche en émotions et en petits bonheurs quotidiens, à la pêche comme ailleurs.

Christophe

Pêches de juin et juillet en Irlande

Juin a débuté très difficilement avec des journées chaudes, très ensoleillées et sans vent pendant lesquelles les brochets roupillaient la tête dans les épaules. Comme cela ne peut jamais durer et qu’il faut bien manger, d’excellentes journées ont succédé à ces jours de misère. Nous en avons profité pour sortir plusieurs brochets de plus du mètre et d’autres entre 10 et 15 livres.

Peu d’eau, peu d’eau cependant et si les truites restaient mordeuses, on prenait beaucoup de petites. Il a fallu attendre juillet pour que les niveaux d’eau s’élèvent enfin et que les grosses ressortent. Là, ça devient plutôt bon et cela dure toujours puisque les rivières se sont bien remplies.

Juillet, c’est aussi le mois des perches qui nous ont permis de réaliser de très beaux tableaux au petits leurres souples tout en prenant aussi régulièrement des brochets. Beaucoup de plaisir à les sortir sur les petites cannes type modèle à vairon manié et régulièrement plus de 100 poissons par jour!

La pêche en Irlande

L’Irlande, une terre de mythes bercée par des légendes celtiques, figure dans la liste des plus belles régions du monde. Le pays est caractérisé par une palette de verts éternels. Outre sa faune et sa flore abondantes, cette république transportera les amoureux de sa civilisation à travers sa culture et ses traditions. Les voyageurs y trouveront de multiples châteaux, abbayes et musées aussi fascinants les uns que les autres. De plus, pour la plus grande satisfaction des touristes, les 32 comtés de île ont développé une excellente infrastructure d’accueil. Par ailleurs, le territoire irlandais est connu pour être un centre international de la pêche. En y passant les vacances, les explorateurs auront l’occasion de découvrir sa richesse halieutique, que ce soit en lac, en rivière ou en mer. Les bourlingueurs pourront, par exemple, opter pour un séjour guidé dans la région de Shannon où sont abrités de nombreux lacs dont le Lough Derg, un des plus immenses lacs du pays. Ceux-ci hébergent une impressionnante population de gros brochets. A cette aventure s’ajoute la possibilité d’habiter au cœur ou non loin d’un village disposant des pubs, des restaurants et diverses formules de logements.

Les hébergements à privilégier lors d’un séjour pêche:
De nombreux hébergements peuvent être associés aux séjours de pêche, et cela, en fonction des attentes des voyageurs. Chaque type a ses propres particularités, mais le choix reste une affaire de goût et de budget. Il convient d’ailleurs de préciser que la plupart d es logements sont approuvés selon les normes de l’Office du Tourisme irlandais. Parmi les formules d’habitation existantes, les vacanciers pourront opter pour la location de gîtes. Généralement, celle-ci se fait à la semaine, mais il est toujours possible de négocier. À noter que les maisons sont pourvues d’une cuisine équipée ainsi que d’électricité et de gaz. Mis à part la location, certains propriétaires proposent  des prestations pêche constituées de guidage et de location de barques. Outre cela, les guesthouses, dont la plupart sont localisées directement sur les spots de pêche, sont une solution à privilégier pour ceux qui ont des budgets un peu serrés. En plus d’être économique, la formule a également l’avantage de permettre aux visiteurs de côtoyer le quotidien et la culture des habitants. En effet, les routards, avec cette offre, bénéficieront d’un petit déjeuner (full Irish Breakfast) comprenant bacon, champignons, œufs, pudding…

Quelques informations à savoir:
En Irlande, la pêche au brochet est ouverte toute l’année et ne requiert aucun permis. Cependant, il est à noter qu’il faut une autorisation du propriétaire pour la pêche dans les lacs privés. Il est également interdit d’utiliser plus de 2 cannes par personne. Par ailleurs, solliciter les services d’un guide local et éviter de faire sa propre recherche de coins de pêche est fortement recommandé que ce soit en lacs ou en rivières. Toutefois, il est possible de partir seul pour la pêche à la truite, car les parcours vous seront indiqués. Néanmoins, il convient de préciser que les itinéraires sont souvent très sportifs et exigent une bonne condition physique.
Nombreux sont les pays qui réjouiront les aventuriers et, si l’Irlande en est un, un voyage Costa Rica vous entraînera entre autres vers d’autres aventures de pêches exotiques.

Mars égal à lui-même. Avril un bon mois pour la pêche en Irlande

Temps toujours très instable en Irlande pour ce mois de Mars 2017.Nous croyions le printemps revenu quand quelques jours à 13/15°C sont arrivés. La douche écossaise fut plutôt irlandaise car les giboulées glaciales n’ont pas manqué de survenir subitement abaissant la température de 10°. Ce matin, une petite couche de neige blanchissait la campagne et alimentera encore les lacs et rivières déjà très hauts.
Les tentatives de pêche s’avèrent vaines car tout est en crue, l’eau est sale et froide et ne fait que monter et descendre, ce dont les poissons ont une sainte horreur. Pour le pêcheur, la pêche en bateau est pour le moment très difficile car des rafales soudaines arrivent avec les nuages noirs et produisent temporairement des vents très forts, humides et glaciaux.
Qu’on se rassure, ça ne durera pas et avril, à venir prochainement, est un mois de réveil de toute la faune aquatique et où la pêche réserve souvent de très bonnes surprises surtout en fin de mois dès que l’eau atteint 10°. Avril est sans doute un des meilleurs mois pour la truite, notamment les grosses qui sortent de leurs réserves et n’ont pas encore vu trop de monde passer.

Début d’année de pêche en Irlande: Conforme aux habitudes

Le problème de l’hiver ici, c’est qu’il n’y a pas de juste milieu. Il y a 3 jours, je déplorais que les rivières fussent trop basses et aujourd’hui elles sont en crue à cause des fortes pluies survenues brutalement.
Janvier s’annonçait bien quand les brochets mordaient encore pas trop mal et le froid de fin de mois leur a cloué le bec. Ils répondaient à nouveau quand la montée des eaux et la tempête a rendu toute pêche en bateau impossible. Le 15 Février, ouverture de la truite dans certaines rivières mais l’eau basse, froide et claire les a rendues désertiques. On se demande où elles sont passées alors que j’en connais la dense population. Là, moi qui souhaitais une pluie bienfaitrice, je suis servi: Pas moyen de pêcher car trop d ‘eau et de courant et c’est donc dangereux et puis de toute façon ça ne mordrait pas. Encore quelques jours de patience et le temps devrait se stabiliser et faire en sorte que les affaires reprennent. Le 1° Mars sera l’ouverture de le truite sur une grande majorité des rivières et je pourrai enfin me régaler avec les belles truites de début de printemps qu’on ne trouve plus que très difficilement plus tard.
Si Mars n’est point trop froid, j’ai bon espoir pour le brochet car la température de l’eau remontera vite et on les trouvera sans doute dans les zones moins profondes en lisières d’herbiers.
Toutefois, pas d’inquiétude à avoir car mes quelques sorties truite ou brochet m’ont démontré que les poissons sont bien là mais qu’il faut seulement être un peu patient.
J’en profite pour construire un nouveau ponton sur mon lac, rénover une chambre et faire la maintenance du matériel de pêche. Tout sera prêt pour la nouvelle saison et satisfaire nos pêcheurs.

mois de juin et juillet extraordinaires pour la truite en irlande

Mi-Juin et Juillet ont été pluvieux et venteux dans nos contrées de l’ouest. Les brochets, n’aimant pas trop les mouvements de niveau d’eau et encore moins l’eau sale, répondaient moins et seuls les petits restaient encore très actifs. Par ces temps peu propices à la pêche en bateau, nous nous sommes donc concentrés sur la pêche à la truite, qui elle au contraire, apprécie des eaux plus vives et moins claires. Bien nous en a pris car ce sont plus de 1000 truites que nous avons pêchées en un mois et demi et en prospectant les rivières de notre secteur assez bien pourvu.Plus grosse: 68 cm prise sur nylon 14/100! Bravo au pêcheur qui n’était pas non plus un néophyte.
Pour les moucheurs, les milieux de journées sont les plus favorables. Même si ça ne gobe pas toujours, pêcher l’eau reste très efficace avec des émergentes brunes ou rousses, ou des mouches toutes simples en oreille de lièvre sans fioritures.
Depuis la stabilisation du niveau des lacs et leur éclaircissement, la pêche au brochet fournit à nouveau des résultats plus réguliers surtout les jours ensoleillés en zones herbeuses et peu profondes. les dernières sorties ont produit quelques dizaines de poissons très combatifs. Le jerk-bait est le leurre qui fonctionne bien en coloris assez flashy si les pressions atmosphériques sont stables.

journées folles de pêche en Irlande

Seule l’Irlande et sa pêche peuvent procurer des journées de fous comme celles d’hier et aujourd’hui:
18 brochets au total en 2 jours pour 210 livres et le tout pris sur un espace d’un demi-hectare où il y avait concentration de gros brochets dans 1,5 à 2 mètres d’eau. On a passé autant de temps à les prendre et les décrocher qu’à les pêcher. Chaque dérive de 100 mètres procurait 1 ou 2 poissons de très belle taille dont un de 29 livres, un autre de 25 livres et 4 mètrés au total.
Tout fut pris au leurre buster jerk et à la mouche (dont les 3 plus gros). Vraiment 2 jours fous comme on en voit peu dans sa vie. La pêche en Irlande a encore fait spectacle de sa magie!
Paul et moi, les guides de pêche, avons découvert un spot extraordinaire comme il en existe sans doute peu dans le monde.
ça fait partie de notre job et quand nous recommandons un guide aux pêcheurs, c’est vraiment une valeur ajoutée à votre séjour.

ça repart et ça continue!

Seule l’Irlande et sa pêche peuvent procurer des journées de fous comme celles d’hier et aujourd’hui:
18 brochets au total en 2 jours pour 210 livres et le tout pris sur un espace d’un demi-hectare où il y avait concentration de gros brochets dans 1,5 à 2 mètres d’eau. On a passé autant de temps à les prendre et les décrocher qu’à les pêcher. Chaque dérive de 100 mètres procurait 1 ou 2 poissons de très belle taille dont un de 29 livres, un autre de 25 livres et 4 mètrés au total.
Tout fut pris au leurre buster jerk et à la mouche (dont les 3 plus gros). Vraiment 2 jours fous comme on en voit peu dans sa vie. La pêche en Irlande a encore fait spectacle de sa magie!
Paul et moi, les guides de pêche, avons découvert un spot extraordinaire comme il en existe sans doute peu dans le monde.
ça fait partie de notre job et quand nous recommandons un guide aux pêcheurs, c’est vraiment une valeur ajoutée à votre séjour.

Mai! et ça repart

La première semaine de Mai fut globalement bonne avec cependant quelques irrégularités sans doute liées aux variations de pression atmosphérique. L’eau est à 12°C en surface.

Les petits lacs et les rivières sont moins affectés, ils ont donné les meilleurs résultats de brochets de la semaine. Pour exemple: 44 brochets hier sur le Shannon à 4 pêcheurs ce qui est plutôt honorable compte tenu du temps déplorable, à savoir une pluie incessante qui vous gelait jusqu’aux os. Les plus de 10 livres sont encore très rares dans la saison mais on ne les voit guère avant fin Mai. Aujourd’hui, ce n’était plus la folie mais deux de mes amis en ont pris 15 tout de même. Leurre et traîne sont les valeurs sûres.

Les truites sortent leur nez  maintenant régulièrement mais le niveau des rivières baisse considérablement. La pluie d’hier n’y suffira pas et il ne faudrait pas que cela dure sinon ce sera très dur! Une courte sortie de 2 heures Jeudi sur la rivière Graney s’est soldée par 40 poissons. Aujourd’hui avant l’orage, plus une touche! Sales bêtes!

Demain exploration du Lough Bridget sur lequel je n’ai jamais pêché et qui, dit-on, peut réserver des surprises.