L’automne s’est installé sur le Burren

Bien rapidement l’automne s’est installé sur le Burren dont les roches gris argent ne tranchent plus sur le ciel bleu pour ne plus afficher que des nuances subtiles  de gris sombre où seules quelques plages vertes subsistent encore bientôt décolorées par les gelées à venir et un lessivage féroce.

Si le printemps n’arrivât que trop tardivement avec un  mois de retard, l’été fut beau et chaud et de mémoire d’irlandais il fallait remonter à bien longtemps pour s’en remémorer un équivalent. En conséquence les eaux restèrent basses tout l’été et nos pluies automnales sont les bienvenues pour tout nettoyer et réoxygéner. Tardives, trop brutales, elles arrivent quand la truite est fermée et les grosses qui n’attendaient que cela pour remonter des lacs pourront le faire sans s’inquiéter des pêcheurs. Par la même occasion, Maître Esox qui donnait plutôt bien de sa personne en Septembre, dédaigne de plus en plus les leurres pour les appâts naturels. Détestant toujours autant les eaux sales et turbides où papillonnent les feuilles mortes que nos récentes tempêtes ont fait tomber ainsi que les niveaux d’eau jouant au yoyo, il a délaissé ses postes habituels pour des abysses plus sereins. C’est un défi plutôt intéressant que de les trouver et les décider car plus lunatique qu’eux…
Nous nous orientons donc vers les pêches d’hiver, plus statiques mais ô combien productives en gros poissons fainéants qui font longtemps du lèche vitrine avant d’acheter! Sortons donc bouchons et pater-noster avec la bénédiction de Saint Pierre et cherchons les postes un peu abrités des forts courants ou des eaux trop teintées.
Nos habitués constaterons l’évolution du site Internet avec sa nouvelle page de photos où je souligne que les brochets ont tous été relâchés cordialement,
Christophe • Publié le 5 novembre 2013

Comments are closed.