Hiver 2015/2016

Cet hiver 2015/2016, la pêche en Irlande s’avère particulièrement difficile. Depuis Novembre, tempêtes et pluies diluviennes se succèdent à un rythme jamais vu. L’anticyclone bloqué depuis deux mois sur l’Europe continentale dévie toutes les perturbations atlantiques vers les îles britanniques sur lesquelles se déversent les pluies torrentielles de façon presque incessante. Toutes les rivières sont en crue et les lacs de l’ouest irlandais débordent, noyant ainsi les plus basses vallées et beaucoup de routes.

Toute sortie de pêche est impossible à quelques exceptions près dont les résultats furent médiocres. Les brochets irlandais détestent les yoyos des niveaux d’eau et surtout l’opacité et les saletés en suspension que les flots importants  occasionnent.

L’année dernière comme cette année, bien m’avait pris de déconseiller les séjours de pêche hivernaux à certains pêcheurs. Bien loin de vouloir les décourager, j’estimais honnête de les prévenir du risque de rester bloquer à Finford House  ou au pub à jouer aux cartes. Je pense qu’ils m’en sauront gré car ils n’ont pas à regretter d’avoir différé leur séjour de pêche en Irlande.

La chasse en revanche, si fatigante qu’elle fût, nous a procuré de belles sorties à la bécasse quand les mordorées se tenaient bien volontiers dans les taillis abrités des vents dominants de sud ouest. Chaque sortie s’est soldée par bon nombre de levers et il ne fut pas rare de trouver aussi quelques faisans. Le manque de froid n’avait pas encore provoqué les grandes migrations de canards mais les vents forts fréquents les faisaient se rassembler sur les lacs les plus protégés et les sous-bois inondés. Nous avons alors levé de nombreuses sarcelles qui se plaisaient à se cacher dans les souches et arbustes baignés du pied. A la faveur du retrait des eaux des champs alentours lors de journées sans pluie, les bécassines se mettaient à véroter et ce fut un réel plaisir de les surprendre ou de se faire surprendre par ces diablesses zigzagantes qui décollent dans le dos du chasseur trop empressé.

Comments are closed.