de l’influence du réchauffement climatique

 

On en parle beaucoup dans les médias d’une façon générale et si certains restent encore sceptiques, il n’en reste pas moins que l’on peut faire quelques constatations en ce qui concerne la pêche. Je parlerai là de mes observations concernant la pêche au brochet en Irlande car j’ai pu constater quelques changements ces trois dernières années:

Les hivers sont de plus en plus doux et ne commencent vraiment qu’au mois de Janvier. La température de l’eau (rivières et lacs) ne descend que rarement en dessous de 6° C. elle descendait régulièrement à 3 ou 4° auparavant en Janvier/Février.

Dès avril, nous avons déjà quelques chaudes journées et il pleut très peu. La baisse des niveaux est de plus en plus rapide, ce qui accélère le réchauffement et la croissance précoce des plantes aquatiques, favorisée elle-même par l’eutrophisation liée à la présence de nitrates en plus grandes quantités. Du fait, certaines zones peu profondes deviennent rapidement impêchables car trop enherbées.

A partir de mi-Mai, on atteint le plus souvent l’étiage constaté avant en Juillet, voire même encore plus bas. bon nombres de lacs sont déjà à cette époque envahis par les herbiers. Les printemps sont donc de plus en plus chauds et accusent un cruel manque de pluie.

J’ai pu constater aussi que la fraie des brochets commençait dès Mars alors qu’elle se produisait plutôt mi-Avril il y a encore peu d’années. De même, les pêches automnales ne se révèlent qu’à partir de début octobre au lieu de début septembre lorsque les brochets ressentent le signal de faire le plein avant l’hiver car la température de l’eau reste élevée plus longtemps. Les pêche hivernales, assez modestes jusqu’à un passé récent, s’avèrent plus prolifiques de nos jours pour la même raison. Les résultats de la pêche sont donc plus lissés dans le temps et il y a moins les pics d’activité d’antan ou les périodes vraiment calmes. En plein hiver, les poissons s’intéressent toujours aux leurres et on en prend encore beaucoup de cette façon alors que nous constations une forte baisse de cette technique à partir de Novembre au profit de la pêche au poisson mort. Cela confirme aussi qu’ils restent actifs plus longtemps dans l’arrière saison.

Chacun en tirera les conclusions qu’il veut. Moi, j’en ai tiré les miennes, étant sur l’eau toute l’année quelle que soit la saison!

Comments are closed.